mardi 29 septembre 2015

Seulement pour lui



Nom du titre en V.O : Second hand
Nom du titre en V.F : Seulement pour lui
Auteur : Marie Sexton et Heidi Cullinan
Date de parution : 2015
Edition : Milady



Ma note : 






Résumé

Paul Hannon déménage à Tucker Springs avec sa petite amie, mais celle-ci le quitte en lui laissant plein d’affaires inutiles. Un jour, il rencontre El Rozal, un cynique propriétaire d’une boutique de prêteur sur gages. Paul y voit alors une excellente occasion de faire le ménage chez lui, et c’est bien malgré lui qu’El est intrigué par cet hétérosexuel qui pleure encore son ex. Ces deux-là n’ont rien en commun, mais lorsque des sentiments naissent, ils s’aperçoivent que « deuxième chance » n’est pas forcément synonyme de « second choix »…


Mon avis

Je ne savais absolument pas à quoi m’attendre en ouvrant ce livre, Milady pouvant tout à fait publier de vrais petits bijoux tout comme des daubes monumentales. Mais étrangement, c’est sans le moindre a priori que j’ai commencé de livre. Et autant dire qu’il n’a pas fait long feu, je l’ai dévoré dans la journée !

Seulement pour lui, c’est la rencontre de deux hommes tout à fait ordinaires. Paul vient de se faire larguer par sa petite amie et tente désespérément de recoller les morceaux avec elle. El tien une petite boutique de prêteur sur gages et mêne une vie tranquille et solitaire. Et ça lui convient… Jusqu’à ce qu’il rencontre Paul qui tente de faire du ménage dans sa vie…

Pour faire court, j’ai adoré ! C’est un petit roman, qui se lit très vite et dont les pages se tournent avec une facilité déconcertante. J’ai beaucoup aimé la façon dont c’est écrit. On suit le point de vue de Paul, à la première personne. Et en même temps celui d’Emmanuel, mais à la troisième personne. C’est un peu déroutant au départ, et finalement, on s’y habitue.

C’est une histoire mignonne dans laquelle il ne se passe pas grand-chose, mais néanmoins une très belle tranche de vie comme je les aime. Deux personnages qui se rencontrent par hasard et qui vont finir par se rapprocher. Alors certes il n’y a rien de bien transcendant, mais j’ai totalement accroché à l’histoire.

Les personnages sont vraiment très attachants. Paul, le jeune homme un peu perdu et tellement naïf et Emmanuel au sourire charmeur et ses répliques gentiment moqueuses. Si j’ai bien aimé Paul, j’en ai pas moins eu un coup de cœur pour Emmanuel. Paul est un jeune homme qui n’a pas du tout confiance en lui et, malgré sa (trop) grande gentillesse, n’a pas réussi dans sa vie. Il a loupé ses études et n’a pas réussi à garder sa petite amie. Alors quand El lui avoue être attiré par lui, il n’y croit pas vraiment.

El est cynique et montre une assurance suffisante. Mais derrière cette façade, se trouve un homme fragile qui à lui aussi des problèmes à gérer en plus de son attirance évidente pour Paul.

En bref, une histoire tendre et toute en douceur qui nous fait prendre conscience que ce que l’on est n’est pas défini par telle ou telle étiquette, mais par ce que l’on ressent. Pour les adeptes du M/M soft et/ou qui découvrent le genre, je vous le recommande. Pour les autres aussi d’ailleurs !

samedi 26 septembre 2015

La nuit dernière



Nom du titre en V.O : About last night
Nom du titre en V.F : La nuit dernière
Auteur : Ruthie Knox
Date de parution : 2014
Edition : Milady


Ma note : 







Résumé

Mary mène une existence quasi monacale. Son emploi du temps est une mécanique bien huilée. Parmi les voyageurs qu’elle croise matin et soir dans le métro londonien, un homme ne la laisse pas indifférente. Un soir elle dépasse les trois verres de vin qu’elle s’autorise en soirée, et c’est le black-out. Quand elle se réveille dans le lit de ce bel inconnu, Mary se demande ce qui a bien pu se passer… En plus d’être irrésistible, Nev, sculpteur à ses heures perdues, est talentueux. Il n’en faut pas davantage pour faire chavirer le cœur de Mary. Mais la mère de Nev a d’autres projets pour l’avenir de son fils… et Mary n’en fait pas partie.


Mon avis

Mary est une jeune femme tout ce qu’il y a de plus normale à première vue. Une vie cadrée et monotone, un travail qu’elle aime. Mais sa petite vie tranquille va s’effondrer lorsqu’un matin, elle se retrouve dans le lit d’un parfait inconnu et sans le moindre souvenir de la veille. Malgré elle, Mary va se laisser entrainer dans une histoire avec ce bel inconnu qu’elle croise régulièrement dans le métro. Mais cette relation les mènera-t-elle vraiment quelque part ?

Je ne connaissais pas du tout cette auteur avant d’ouvrir ce livre et je dois dire que ça a été une bonne surprise. Bon, rien de bien transcendant, des personnages relativement clichés et un scénario qui manque un peu de piquant, mais j’avoue avoir très vite adhéré à cette lecture, si bien qu’il m’a été difficile de reposer le livre.

Mary est une jeune femme dont on ne sait pas grand-chose si ce n’est qu’elle n’a pas eu une vie facile. L’auteur prend le temps de nous dévoiler petit à petit les secrets de la vie de son héroïne. Cependant, bien qu’agréable à lire et parfait pour un moment détente, j’ai trouvé les personnages un peu trop clichés. Une jeune femme séduisante rencontre un homme tout aussi séduisant. Le courant passe entre eux et les choses vont plus loin. Et très vite on se rend compte que l’un comme l’autre n’ont pas eu une vie facile et émettent quelques réservent lorsqu’il est question de se confier.

J’ai trouvé un peu dommage que l’histoire et les personnages soient aussi lissent. C’est sympathique, mais sans plus. L’auteur aurait pu davantage approfondir ses personnages et leurs sentiments respectifs. Mais le côté mélodramatique est un peu trop prononcé à mon goût. Des malheurs d’accord, mais de là à accabler ses personnages de tous les maux du monde, ça fait un peu beaucoup.

Un livre agréable à lire et sympathique dans son ensemble bien qu’il aurait mérité un peu plus d’action et un peu moins de mélodrame. Malgré tout, cela reste une lecture reposante et divertissante.

jeudi 24 septembre 2015

Les voies d'Anubis



Nom du titre en V.O : The Anubis gates
Nom du titre en V.F : Les voies d’Anubis
Auteur : Tim Powers
Date de parution : 2015
Edition : Bragelonne



Ma note : 






Résumé

Lorsque le professeur Brendan Doyle accepte de donner une conférence sur le poète anglais Coleridge, il est loin d’imaginer qu’il ne va pas tarder à le rencontrer en personne… en 1810 ! Car après avoir accepté l’offre d’un millionnaire ayant percé les mystères du voyage dans le temps, le voilà plongé dans une aventure rocambolesque, traversant un Londres peuplé de bohémiens, de mendiants douteux et de sorciers terrifiants, tel ce clown macabre qui règne sur le monde souterrain. Et pour couronner le tout, Doyle ne peut revenir à son époque, à moins de déjouer les plans malfaisants de mages égyptiens qui veulent ramener leurs anciens dieux à la vie. Mais osera-t-il prendre le risque de changer le cours de l’Histoire ?


Mon avis

Je l’avoue, je suis fan de la couverture et une fois de plus, c’est un peu le détail qui m’a poussée à me procurer ce livre. Cependant, ma lecture (enfin !) terminée, je ne sais toujours pas quoi penser de ce livre. C’est typiquement ce genre de livre, vous savez, celui qu’on lit avec plaisir, mais dont on finit par se lasser au bout de quelques pages. Ce genre de livre que, si on fait trainer un peu trop longtemps sa lecture, on ne se souvient plus des pages précédentes. Ce genre de livre, qui, une fois refermé, on ne sait toujours pas si on a aimé ou pas et si on a vraiment compris ce qu’on a lu…

Brendan Doyle est mandaté par l’éminent Mr Darrow pour assister à une conférence un peu particulière, puisqu’elle se passe en 1810 ! Ce bon dans le temps qui, à l’origine se devait être purement culturel, se révèle bien plus chaotique que prévu, puisqu’alors qu’il s’apprête à repartir à son époque, Doyle se retrouve prisonnier du Londres de 1810 ! Débute alors pour lui une incroyable aventure qui lui fera croiser la route de personnages tous plus inquiétants les uns que les autres…

Que dire de ce livre… A vrai dire, je sais pas trop. J’ai apprécié ma lecture, bien que parfois trop longue et trop chargée. L’histoire est complexe, peut-être des fois trop ! L’auteur nous perd dans les méandres d’un scénario complètement emmêlé. Alors oui, c’est un point positif car cela prouve que l’auteur à travaillé son histoire, mais alors pour arriver à le suivre, faut s’accrocher ! De plus, il n’est pas évident de suivre la chronologie des événements. Sans compter que les personnages sont nombreux et il faut parfois attendre plusieurs chapitres avant d’arriver à saisir (ou pas !) le lien qui les relient les uns aux autres.

Dans ce livre, il est question de voyage dans le temps, de sorcellerie et même de loup-garou ! Un mélange intéressant sur fond de mythologie égyptienne. J’ai trouvé vraiment sympa la façon dont l’auteur amène l’histoire. Le rythme est soutenu et on s’ennuie rarement, malgré certains passages un peu trop longs.

Par contre, il y a un point sur lequel j’aimerais revenir. Je l’avoue, je suis assez ignorante et du coup, j’ai été, (n’ayons pas peur des mots !) complètement larguée à certains moments. Certes, le nom de Lord Byron ne m’est pas inconnu, mais de là à vous donner un nom de poème qu’il a écrit, j’en suis incapable. 

Dans son roman, l’auteur fait énormément allusion à des personnages tels que Coleridge (qui s’avère être un poète britannique) dont je n’ai jamais entendu parler de ma vie ! Du coup, je me suis vite retrouvée larguée (et inculte !) devant tant de culture.

De plus, j’avoue avoir trouvé l’écriture vraiment lourde. Du coup, ça en plus d’une histoire parfois trop complexe, ça aide pas forcément à accrocher au livre. Je suis pas vraiment fan des phrases à rallonge, ça aide pas forcément à la compréhension du texte. Et là, avoir à supporter presque 500 pages comme ça, sur la fin, ça commençait à faire long.


Dans l’ensemble, je dirais que ça reste une histoire intéressante et plutôt addictive malgré quelques passages qui trainent en longueur. On se sent emporter par les mésaventures de Doyle et on est curieux de savoir ce qui va lui arriver. Une lecture assez complexe mais relativement plaisante.

samedi 12 septembre 2015

Tu assumeras tes désirs


Nom du titre en V.O : Bonds of denial
Nom du titre en V.F : Tu assumeras tes désirs
Série : Redroom
Auteur : Lynda Aicher
Date de parution : 2015
Edition : Harlequin

 


Résumé

J’ai envie de toi…

Quand les mots qu’il s’est toujours interdit de prononcer franchissent ses lèvres Rock ne ressent pas la panique à laquelle il s’attendait, mais plutôt un étrange sentiment de bien-être et… oui, une folle excitation. Car l’homme qui lui a arraché cet aveu n’est pas n’importe qui. C’est Carter Montgomery, celui dont la beauté ténébreuse éveille en lui un désir fou depuis plus d’un an maintenant. Aux côtés de Carter, Rock a envie de vivre tout ce qu’il s’est toujours refusé, de connaître la passion, de découvrir qui il est vraiment. Mais peut-on se défaire si facilement d’une vie passée à se cacher ? Sans compter que Carter semble avoir ses propres démons…


Mon avis

Je ne connaissais pas du tout ce livre avant d’en lire un résumé tout à fait au hasard et le livre étant ce qu’il est, et moi étant ce que je suis, (c'est-à-dire amatrice de romans M/M à mes heures perdues), je ne pouvais tout simplement pas le laisser passer ! Et oui, souvenez-vous ma chronique précédente sur Illumination, dans laquelle je disais que n’importe quel roman M/M qui me tombait sous la main, bien ou pas bien, fallait que je le lise… Bah voilà !

Rock est un ancien militaire, introverti et renfermé. Un jour, il trouve le courage d’appeler l’agence où travaille Carter Montgomery, le bel escort, dans l’espoir de passer une soirée avec lui. Mais rien ne se passe comme prévu, et la soirée tourne au désastre. Et malgré lui, Carter est intrigué par cet homme renfermé et inaccessible. Alors quelle n’est pas sa surprise lorsque Rock fait appel à lui pour un second rendez-vous…

L’avantage de ce livre, c’est qu’il n’est pas nécessaire de lire les trois premiers tomes de la série Redroom pour comprendre ce quatrième volet. Les liens entre les personnages sont suffisamment bien développés pour que l’on suive l’histoire sans être perdu.

Les personnages, que ce soit Carter ou Rock sont vraiment intéressant. L’auteur à su leur donner une dimension réelle et touchante, sans tomber dans le niais ou le ridicule. Les deux hommes ont eu une vie dure à laquelle ils ont du faire face chacun à leur manière. Une vie qui leur à laissé à tous deux des cicatrices. C’est un livre qui parle de prostitution, d’acceptation de soi, du regard que la société porte sur les homosexuels, mais aussi de la peur d’être jugé, rejeté et étiqueté pour ce que l’on est.

Avec Carter, l’auteur nous présente un jeune homme, beau et sur de lui qui travaille comme escort boy dans une agence. Son métier ? Coucher avec des hommes pour de l’argent. J’ai aimé voir, comment l’auteur le présentait comme un homme qui s’assume et qui n’a pas honte de son travail ni de son homosexualité.
Rock est un ancien militaire qui travail comme agent de sécurité dans un clube SM. Et contrairement à Carter, Rock n’assume pas du tout son désir pour les hommes. Il est renfermé sur lui-même et tente désespérément de renier qui il est.

Mais leur rencontre change tout. J’ai trouvé incroyablement touchant la relation que Rock et Carter entretiennent tout au long du livre. Et je ne parle pas seulement de cette fabuleuse scène d’amour qui, je l’avoue, m’a émue aux larmes ! Je n’avais encore jamais lu une scène de sexe aussi belle et bien écrite dans un roman !

La relation entre les deux hommes, est forte et intense. Il se passe quelque chose dès la première rencontre et l’auteur le décrit à merveille ! Si bien qu’il est impossible de reposer le livre tant l’histoire est captivante. J’aime la façon dont au départ l’auteur nous présente ses personnages et de voir comment, au fur et à mesure que l’histoire avance, les caractères s’inversent et l’un s’affirme tandis que l’autre voit ses doutes et ses démons resurgir.

D’effrayé et introverti, Rock change peu à peu au contact de Carter. Il ose plus, il s’assume d’avantage et lentement, il apprend à s’accepter, à accepter le fait qu’il est gay. Carter a un effet positif sur lui et le voir changer au fur des pages est vraiment touchant. J’ai aimé voir comme c’est l’inverse qui se produit sur Carter. L’auteur décrit sa perte de confiance en lui-même et le dégoût qu’il ressent à son propre égard de façon émouvante si bien qu’on ne peut qu’espérer que tout s’arrange pour lui. D’arrogant et sûr de lui, Carter se sent peut à peu devenir quelqu’un de sale et lui qui assumait pleinement le fait d’être escort finit par en avoir honte. Les sentiments que les deux hommes éprouvent l’un pour l’autre seront pour l’un sa force et pour l’autre sa déchéance. Si bien qu’on en arrive à se demander quel sera le dénouement de leur histoire. Enfin, si le suspense est là, il reste un peu relatif, la romance étant ce qu’elle est, on ne peut que s’attendre à une fin heureuse…

Les sentiments des personnages sont décrits avec une telle intensité, qu’il est juste impossible de rester indifférent ! En tout cas, moi je n’ai pas pu ! Plusieurs fois, ce livre m’a amené les larmes aux yeux ! Il est incroyablement poignant ! Est-ce la collection Harlequin qui veut ça, j’en sais rien, mais en tout cas, jamais encore je n’avais lu un MM aussi axé sur les sentiments. J’ai trouvé très agréable que pour une fois, les scènes de sexes soient axées sur les sentiments et la douceur plutôt que sur le cul !

Pour l’histoire, je l’ai trouvée vraiment passionnante. Certes le suspense n’est pas forcément son point fort, la fin étant largement prévisible (ça reste de la romance !!), mais qu’importe ! Je me suis laissée entrainer par cette douce romance et j’ai pris grand plaisir à découvrir ce livre.

Vous l’aurez certainement compris, mais Tu assumeras tes désirs est un des plus beaux romans M/M que j’ai pu lire jusqu’à maintenant, ce livre est un véritable coup de cœur ! Je vous invite vraiment à découvrir ce roman qui est à la fois drôle et émouvant !



Blanc fantôme



Nom du titre en V.O : White is for magic
Nom du titre en V.F : Blanc fantôme
Série : Bleu cauchemar
Auteur : Laurie Faria Storlaz
Date de parution : 2009
Edition : Albin Michel Wizz



Ma note : 





Résumé 

Un an a passé. Lucy reste hantée par la mort de Veronica. Pire encore, le même scénario semble se rejouer : rêves prémonitoires et lettres de menace anonymes. Heureusement, Lucy peut se confier à Jacob, un drôle de garçon aussi attiré qu’elle par la sorcellerie. Ensemble, ils essaient de déchiffrer le sens de ces mystérieux cauchemars. Mais le temps presse car cette fois, il semblerait que la cible soit Lucy elle-même…


Mon avis

Il  m’aura fallu du temps pour me décider à enfin lire ce second tome. Et j’avoue que c’est pas très malin de ma part, car il m’a fallu un bon moment avant de me replonger dans l’histoire. Et heureusement que les événements du premier tomes sont repris, car sinon j’aurais été complètement larguée.

Un an après les événements du premier tome, Lucy est de nouveau confrontée à des cauchemars. Mais cette fois-ci, il semblerait qu’elle soit elle-même la cible…

Grâce au style d’écriture de l’auteur, agréable et bien écrit, on se retrouve rapidement plongé dans l’histoire. Un point négatif pourtant, c’est la longueur du récit. Durant près de la moitié du livre, il ne se passe pas grand-chose si ce n’est que Lucy tente de décoder ses rêves. Du coup, niveau action, c’est un peu plat.

Cependant, j’avoue que dans les derniers chapitres, la situation se renverse et le suspens est à son comble ! Je l’avoue, je n’étais pas très rassurée ! L’ambiance décrite par l’auteur est vraiment sombre et à la façon dont c’est écrit, j’avais vraiment l’impression de vivre l’action en direct ! Et ça rattrape le côté un peu mou du début.

En bref, une suite bien sympathique, qui se laisse lire avec plaisir. A présent, il me reste plus qu’à trouver les deux derniers tomes pour finir la série.

vendredi 4 septembre 2015

[manga] Only one




Nom du titre en V.F : Only one
Auteur : MOEGI Yû
Date de parution : 2015
Edition : Taifu comics



Ma note : 






Résumé

Après son divorce et la perte de son appartement, Mochizuki emménage avec Nagakura bien qu’ils ne soient ensemble depuis à peine deux semaines. Ce début de vie commue va très vite être mis à l’épreuve avec l’entrée en scène d’Hayami, un collègue de Nagakura, qui se trouve être également un ex-étudiant de Mochizuki ! Ce nouveau personnage sera-t-il la cause de leur rupture ?



Mon avis

Avec ce manga, l’auteur nous offre trois petites histoires différentes. Le point positif, c’est qu’elles se lisent toutes trois très vite.

Le point négatif, en revanche, c’est que c’est trop rapide. Et c’est ce qui gâche tout à mon avis. Je m’explique, les histoires sont toutes très courtes et du coup, il n’y a aucun approfondissement, que ce soit du scénario ou des personnages. C’est juste un enchaînement de scènes collées les unes aux autres sans le moindre lien qui les relie.

Et c’est dommage parce qu’en creusant un peu plus, il y avait moyen d’avoir des histoires pas trop mal. Mais là, c’est juste inintéressant car aucune suite logique. Je dis pas que c’est nul, les petites histoires, bien que vues et re-re-vue, sont sympathiques. Mais ça s’arrête là.

Désolée pour cette courte chronique, mais j’avoue avoir fait le tour de ce que j’avais à dire.

mardi 1 septembre 2015

[manga] Hide and Seek

 

Nom du titre en V.F : Hide and seek
Auteur : SAKURAGI Yaya
Date de parution : 2015
Edition : Taifu comics
Nombre de tomes parus : 3 (série terminée)




Résumé

Tanihara est un père de famille célibataire qui fait ce qu’il peut pour rendre sa fille heureuse. Alors qu’elle est malade, Tanihara décide de l’emmener chez le docteur, un homme qui au premier abord semble froid et guère sympathique. Conscient que son apparence peut mettre mal à l’aise ses jeunes patients, celui-ci fait tout pour gagner leur confiance grâce à sa gentillesse. Ce comportement, en total opposition avec son apparence, amuse Tanihara qui commence à s’intéresser de plus en plus à ce jeune médecin au gros cœur, qui n’a eu aucun complexe à lui avouer qu’il était gay !


Mon avis

C’est sur les recommandations de ma libraire préférée que je me suis procuré ce manga. Et une fois de plus, j’ai bien fait de l’écouter ! Ce manga est vraiment excellent !

Tanihara est un jeune homme, divorcé et père d’une petite fille. Lorsque celle-ci tombe malade, il l’emmène à la clinique près de chez lui. Mais là, le vieux docteur est remplacé par un jeune homme à l’air sérieux et un peu effrayant, qui intrigue beaucoup Tanihara. Après avoir appris son homosexualité et se laissant prendre au jeu, Tanihara met le jeune médecin au défit de le séduire…

Ce que j’ai adoré dans ce manga, c’est avant tout les personnages. L’auteur à pris le temps de les travailler et ça se voit ! Tanihara est un jeune père célibataire qui semble désabusé de tout et n’a pas peur de franchir les limites, quitte à coucher avec un homme, juste par curiosité.

Le docteur Saji quant à lui, derrière son apparence froide et réservée, dissimule tout un tas de sentiments et est loin d’être aussi froid que son apparence le laisse penser.

Dans ce manga, on suit principalement les pensées de Tanihara, ses doutes et ses interrogations quant à ce qui le lit à Saji. Peu à peu, on découvre les sentiments nouveaux et parfois contradictoires qu’il éprouve pour Saji.

L’histoire quant à elle est vraiment très bien menée. Le scénario est cohérent et l’auteur mêle une note de sentiments et un soupçon d’humour, pour une lecture encore plus sympa ! C’est tout de même assez rare un très bon manga yaoi qui ne tombe pas dans le niais.

Vous l’aurez compris, ce manga est un gros coup de cœur ! A lire de toute urgence !