jeudi 22 juin 2017

[manga] Jumping






Titre : Jumping
Auteur : Asahi Tsutsui
Date de parution : 2017
Edition : Akata
Nombre de tomes parus : 1 (série terminée en 4 tomes)


 
Ma note :    




Résumé


Depuis qu’elle a raté ses examens d’entrée à l’université, Ran vit enfermée chez elle, ne sachant plus quoi faire de sa vie. Heureusement, Sayuri, sa seule véritable amie, décide de l’embarquer de force à Aomori, région plus reculée du Japon, où elle fait ses études. Elle y fréquente notamment le club équestre, en parallèle de ses études. Au contact des membres du club d’équitation, mais aussi des chevaux, Ran va, malgré son manque d’assurance, retrouver goût à la vie !


Mon avis

Je remercie Babelio et les éditions Akata pour leur confiance. Ce manga me faisait de l’œil et je suis vraiment contente de l’avoir reçu. Surtout qu’il traite d’un sujet qui me passionne : l’équitation.

Ran est une jeune fille timide, réservée et introvertie. Mal dans sa peau, elle n’a pas confiance en elle et tout est pour elle une source de stress constant. Après avoir raté ses examens d’entrée à la fac, elle s’enferme chez elle. Jusqu’à ce que sa seule et unique amie l’oblige plus ou moins à quitter Tokyo pour la campagne.
Là, Ran va découvrir la vie d’un centre équestre. Et quelle n’est pas sa surprise lorsque Tsugaru, un cheval indomptable s’approche d’elle et va même jusqu’à la laisser monter sur son dos… Ran parviendra-t-elle à surmonter ses peurs et ses angoisses ?

J’ai beaucoup aimé ce premier tome. Je me suis un peu retrouvée dans le personnage de Ran. A un niveau beaucoup moins élevé que le sien, je suis du genre à angoisser pour rien et le moindre obstacle me paraît insurmontable.

Quand elle arrive au centre équestre, Ran découvre un univers qu’elle ne connait pas. Novice dans l’art de l’équitation et des soins aux chevaux, elle fait la connaissance de Tsugaru et va s’attacher à lui. Elle recevra également l’aide des étudiants et cavaliers du club qui, l’accueillent à bras ouverts.

Jumping, c’est un manga empli d’espoir et d’humour qui ravira les petits comme les grands, qu’ils soient passionnés d’équitation ou non.

samedi 17 juin 2017

Talitha Running Horse





Titre : Talitha Running Horse
Auteur : Antje Badendererde
Date de publication : 2015
Edition : Bayard jeunesse


 




Résumé

Talitha Running Horse est différente des autres Indiens lakotas de la réserve : elle est métisse et vit avec son père dans une caravane. Sa mère, une Blanche, les a abandonnés quand elle était petite. Malgré tout, la jeune fille est heureuse : elle a une amie chère, elle aime dessiner et, surtout, elle est passionnée par les chevaux. Or, les nouveaux voisins de sa tante possèdent un petit élevage d'Apaloosas. Talitha se prend d'affection pour un poulain, qu'elle baptise Stormy. Et elle tombe sous le charme de Neil Thunderhawk, le fils du propriétaire... Mais, lorsque la caravane de son père est détruite, toute sa vie bascule...


Mon avis

Talitha vit à Porcupine dans la réserve indienne de Pine Ridge aux Etats-Unis. Elle vit avec son père, dans une caravane où il n’y a ni eau courante ni électricité. Talitha aime les chevaux, son père et sa meilleure amie. Mais Talitha n’est pas comme les autres indiens de la réserve : elle est métisse… Mais cela ne l’empêche pas d’avoir des rêves… Un jour, elle aurait une vraie maison, son père le lui a promis ! Et un jour, elle aurait un cheval, un vrai ! rien qu’à elle ! avec lequel elle pourrait participer à la grande marche de Big Foot ! Elle l’a vu, dans ses rêves… Jusqu’au jour où elle fait la connaissance d’un petit poulain à la robe extraordinaire : le poulain de ses rêves…

Je connaissais déjà l’auteur grâce à ses précédents romans, Lune indienne et Le chant des orques. Je suis fan ! J’adore son écriture et les décors de ses histoires. Antje Babendererde nous entraine dans les grandes plaines du Dakota. Les descriptions des paysages sont vraiment visuelles et nous donnent l’impression d’y être, de parcourir ces grands espaces en même temps que ses personnages.

On suit les aventures de Talitha, jeune métisse abandonnée par sa mère qui vit avec son père à Porcupine. A travers ses yeux, l’auteur nous dépeint la vie dans la réserve : la pauvreté, la violence, la misère qui y règne. Le tout vu à travers le regard d’une adolescente qui malgré tout, ne quitterait cet endroit pour rien au monde. Et dans cet univers rude, elle y raconte aussi l’entraide, la bonté et la générosité des hommes qui y vivent, partageant leurs maigres biens avec les plus démunis.
On sent vraiment que l’auteur est passionné par l’histoire, les croyances et la culture Lakota. Elle retrace l’histoire de ce peuple avec justesse, sensibilité et émotion. J’avoue avoir eu plusieurs fois les larmes aux yeux !

Talitha Running Horse, c’est une histoire emplie d’humanité, de bienveillance et d’espoir. Une fois de plus, l’auteur parvient à nous faire voyager au-delà des barrières du temps pour nous entraîner dans un pays fabuleux où les esprits des grands chefs tels que Red Cloud, Crazy Horse ou Sitting Bull ont marqué l’Histoire et son honorés comme les héros et qu’ils étaient.


Talitha Running Horse, est sans surprise, un énorme coup de cœur que je vous invite grandement à découvrir, quelque soit votre âge !

Le Soleil est pour toi



Titre : Le soleil est pour toi
Auteur : Jandy Nelson
Date de parution : 2015
Edition : Gallimard




  


Résumé

Noah et Jude sont plus que frère et soeur, ils sont jumeaux, fusionnels. Sous le ciel bleu de Californie, Noah, le solitaire, dessine constamment et tombe amoureux de Brian, le garçon magnétique qui habite à côté. Tandis que Jude, l'exubérante, la casse-cou, est passionnée par la sculpture.
Mais aujourd'hui ils ont 16 ans et ne se parlent plus. Un événement dramatique les a anéantis et leurs chemins se sont séparés. Jusqu'à ce que Jude rencontre un beau garçon écorché et insaisissable, ainsi que son mentor, un célèbre sculpteur...
Chacun des deux jumeaux doit retrouver la moitié de vérité qui lui manque.
Un livre superbe, lumineux, bouleversant, où s'entremêlent, comme dans la vie, la tristesse et la joie, et qui déborde de romantisme et de passion.


Mon avis

J’ai commencé ce livre sans trop savoir à quoi m’attendre. A vrai dire, c’est le résumé qui m’a attirée. J’ai commencé à lire ce livre et j’ai pas pu le lâcher !

Jude et Noah sont jumeaux, mais complètement différents. Elle est entourée d’amis, extravertie et sûre d’elle. Lui est timide, réservé et toujours seul, avec pour seul compagnie, son carnet de dessin.
L’année de leurs 13 ans, un drame frappe leur famille et les jumeaux s’éloignent l’un de l’autre, tandis que les non-dits et les secrets creusent un fossé toujours plus profond entre eux. Arriveront-ils à retrouver leur complicité d’antan ?

L’histoire est vraiment très prenante et incroyablement touchante ! J’en ai eu les larmes aux yeux à plusieurs reprises. J’ai été particulièrement touchée par l’histoire de Noah. C’est un jeune garçon introverti qui passe ses journées à dessiner et à réinventer le monde. Souvent dans la lune, il est le souffre-douleur des amis de sa sœur. Jusqu’au jour où il rencontre Brian, son nouveau voisin. Leur amitié va peu à peu se transformer en quelque chose de plus profond, mais ils auront beaucoup de chemin à parcourir avant de voir leur histoire évoluer.

J’ai totalement accroché au style d’écriture de l’auteur. La façon dont elle décrit les sentiments des personnages… Plusieurs fois, je me suis retrouvée la larme à l’œil, émue comme rarement je le suis en lisant un livre. Pour avoir vécu un drame similaire à ceux que vivent les jumeaux dans le livre, j’ai retrouvé les sentiments qui m’avaient animée à ce moment-là, le désespoir le plus total, l’incompréhension, la culpabilité… Tous ses sentiments suintent des personnages et leur donne une profondeur que j’ai rarement l’occasion de retrouver dans un livre.
Autre chose que j’ai beaucoup aimé, c’est la forme du récit. En effet, le livre est écrit à la première personne. On suit tour à tour les pensées de Noah puis de Jude, mais avec 3 ans de différence. Lorsque l’on suit Noah, il a treize ans. Le point de vue de Jude lui, se situe trois ans plus tard, lorsqu’ils ont seize ans.

L’auteur manie très bien son texte et parvient à garder le suspense sur les événements qui ont bouleversés la vie des deux adolescents. On est témoin de leurs regrets et leurs remords. On sait que les deux dissimulent un lourd secret en relation avec le drame qui les frappe, mais ce n’est qu’à la fin que l’auteur réuni les deux récits et nous dévoile le fin mot de l’intrigue. Et pour une intrigue, j’avoue que je ne l’ai pas vu venir tout de suite !

En résumé, Le soleil est pour toi, est un roman de toute beauté. Un récit tout en douceur, en sensibilité et en émotions. Si vous avez l’occasion de le lire, n’hésitez pas ! Ce livre va vous faire vibrer !


[manga] Barakamon



Série : Barakamon
Auteur : Satsuki Yoshino
Date de publication : 2012
Editions : Ki-oon
Nombre de tomes parus : 14 (série en cours)


 


Résumé

Seishu Handa, étoile montante de la calligraphie japonaise, collectionne les prix d’excellence pour son travail. Beau et jeune, mais surtout d’une arrogance sans bornes, il met sa carrière en péril le jour où, excédé, il assomme un éminent conservateur de musée qui juge son travail “formaté et sans saveur”… Sanction immédiate pour ce coup de sang : Seishu est puni et contraint d’aller expier son crime sur une petite île, au fin fond de la campagne nippone !
Le jeune citadin, qui espérait au moins pouvoir pratiquer son art dans le calme, ne tarde pas à déchanter : entre les voisins qui débarquent à l’improviste et la bande de gamins qui a choisi son atelier comme terrain de jeu, la partie s’annonce compliquée… Attachants, irritants, farfelus et pleins de vie, les habitants du village vont chambouler son quotidien bien réglé.


Mon avis 

Handa est un jeune homme qui a un avenir prometteur dans la calligraphie.  Mais il est aussi d’une arrogance extrême ! Un jour, il va même jusqu’à frapper le directeur d’un musée qui a eu l’audace de critiquer son travail ! En guise de punition, pour lui apprendre à vivre, son père l’envoi donc en exil sur une île perdue au fin fond du Japon rural.
Là, le jeune homme va faire la connaissance d’une bande de gamins tous plus attachants les uns que les autres qui vient squatter (bien malgré lui !) son atelier. Lui qui souhaitait profiter de cette tranquillité pour perfectionner son art, aura bien du mal à ne pas se laisser envahir par cette joyeuse bande !

Barakamon, c’est du rire et de la bonne humeur à toutes les pages ! L’humour est présent et donne au manga une ambiance légère et joviale. Mais si l’auteur s’engage  à faire de son histoire un manga drôle avec toute une cargaison de personnages tous plus attachants les uns que les autres, il aborde aussi des sujets plus difficiles, comme la mort et le deuil. Tout en gardant cependant un certain recul et en faisant découvrir à ses lecteurs les traditions japonaises.

Handa, jeune homme orgueilleux va, petit à petit, apprendre à s’humaniser au contact des habitants de l’île, dont les manières et le mode de vie diffère totalement de celui de Tokyo. Au fur et à mesure que l’histoire avance, on le voit s’assagir et évoluer, que ce soit en maturité mais aussi dans ses relations et sa perception du monde qui l’entoure.

En bref, Barakamon, c’est génial ! Un manga chaleureux et divertissant qui ravira les jeunes comme les moins jeunes.

jeudi 25 mai 2017

Moi, Simon, 16 ans, homo-sapiens




Titre : Moi, Simon, 16 ans homo-sapiens
Auteur : Becky Albertalli
Date de parution : 2015
Edition : Hachette



Ma note :




Résumé

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n'est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c'est bien à l'abri derrière l'écran de son ordinateur. C'est sur un chat qu'il a "rencontré" Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui.

Simplement : 1/ Ils fréquentent le même lycée.
2/ Blue est irrésistible.
3/ Il l'apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro).

Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l'ordi du lycée.

Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Martin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr...

Mon avis

Le lecteur est immergé dans la peau de Simon, jeune lycéen de 16 ans, qui aime le théâtre et ses amis. Tout va bien pour lui : il est bien entouré et surtout, il discute régulièrement par mail avec Blue, un jeune garçon du même lycée que lui mais dont il ne sait rien. L’anonymat leur permet de se livrer un peu plus facilement et d’être eux-même, sans crainte.

Jusqu’au jour où Simon oublie de fermer son adresse mail sur un ordinateur du lycée et que Martin, un garçon de sa classe, découvre ses échanges avec Blue et en conséquence, son homosexualité. Simon va être contraint d’aider Martin, qui se livre au chantage sans le moindre scrupule…


J’ai adoré ce roman. L’histoire manque peut-être un peu d’originalité, mais c’est bien écrit et le personnage de Simon est carrément attachant ! J’ai beaucoup aimé le fait d’être plongé dans la peau d’un ado de seize ans. 

Le secret de Grayson




Titre : Le secret de Grayson
Auteur : Amy Polonsky
Date de parution : 2016
Edition : Albin Michel Jeunesse



Ma note : 





Résumé

Grayson Sender, 12 ans, a un secret : il est une fille à l’intérieur. Solitaire depuis la mort de ses parents, il auditionne pour intégrer la troupe de théâtre du collège. Il obtient alors le premier rôle, celui de la déesse grecque Perséphone. Grayson est dès lors bien décider à sortir de l’ombre.


Mon avis

Grayson est un jeune garçon, solitaire, introverti et mal dans sa peau. Grayson est un garçon tout ce qui a de plus normal, mais il a un secret : il aime s’habiller avec des vêtements de filles…
Ayant perdu ses parents très jeune, le jeune garçon vit chez son oncle et sa tante avec lesquels il a très peu de dialogue. Un jour, sur un coup de tête, il s’inscrit au casting d’une pièce de théâtre, mais pour le principal rôle féminin…

J’ai été vraiment émue par cette lecture. Dès le départ, on est témoin du mal être de Grayson, de ses interrogations et de ses doutes. Le jeune garçon postule pour le rôle principal de la pièce de théâtre qui se monte dans son collège et il obtient le rôle pour lequel il s’était inscrit, un rôle féminin.
A partir de ce moment-là, tout change pour Grayson. Soutenu par son professeur, il va faire face à son oncle et, sa tante et aux moqueries de son cousin. Si son oncle est de son côté, il n’en est pas forcément de même pour sa tante qui, dans le but de le protéger, va se renfermer et le stigmatiser, le mettre face à ce qu’il risque d’endurer : les moqueries, les insultes et l’incompréhension, que ce soit des élèves ou des adultes.

Cependant, c’est ce qui manquait à Grayson pour être lui-même. Malgré le comportement parfois agressif des élèves, il ose enfin se révéler tel qu’il est. Car Grayson a enfin l’opportunité d’être ce qu’il sait être au fond de lui : une fille dans un corps de garçon.


Un très beau roman qui met en avant les préjugés et les incompréhensions qui tournent autour de l’identité sexuelle et plus encore de la transsexualité. Car c’est tout le thème du livre, l’acceptation de soi, vivre comme on pense devoir le faire sans avoir à subir et le jugement et le regard des autres

Coup de blush à Milan




Titre : Coup de blush à Milan
Auteur : Marion Ohlaran
Date de parution : 2017
Edition : Milady



Ma note : 





Résumé

Le talent ne se maquille pas, l’amour non plus…

Lisa développe une gamme de soins pour une marque de luxe basée à Milan. Elle est l’exemple même de la jeune femme active dévouée à sa carrière, jusqu’au jour où tout bascule. Sa promotion est attribuée à son rival, Gabriele Dante Visconti (un italien au prénom d’ange mais au tempérament diabolique), et son père vient de mourir. Lors des funérailles à paris, Lisa revoit son premier amour, Clément, qui la raccompagne en Italie. C’est alors une Lisa 2.0 qui se rend sur le champ de bataille. C’en est fini du tailleur et de sa timidité ! Mais aveuglée par l’ambition, ne risque-t-elle pas de laisser passer l’homme qu’elle désire depuis toujours ?


Mon avis

Tout d’abord, je tiens à remercier Babelio et les édition Milady pour leur confiance et l’envoi de ce livre.

Lisa aime son travail plus que tout. Elle y consacre sa vie. Alors, quand une collègue est promue à sa place et que le jour même, elle apprend le décès de son père, elle décide de changer. Fini la Lisa gentille ! Elle décide de se reprendre en main et de ne plus se laisser marcher sur les pieds ! Encore moins par ce Gabriele de malheur…

Bon, que dire de ce livre… C’est une histoire sympathique mais sans plus. Les personnages sont sans grand intérêt, plats et insipides.  J’ai trouvé que Lisa n’apportait rien à l’histoire. De plus, j’ai eu beaucoup de mal avec les pages et les pages où elle décrit ses choix vestimentaires et son maquillage. C’est quelque chose qui me dépasse complètement et je vois pas l’intérêt de décrire chaque fois les vêtements qu’elle porte.

Quant au scénario, et bien, disons qu’il est cousu de fils blancs que l’on voit arriver à des kilomètres. Par contre, j’avoue que le coup du petit ami je l’ai pas vu venir et que j’ai franchement trouvé ça pitoyable ! Surtout qu’au début, c’est le mec classe pour finalement en arriver là ? A mon avis, l’auteur ne savais pas comment se débarrasser de ce personnage devenu trop encombrant et elle a trouvé la première idée venue pour l’éjecter…

Bref, vous l’aurez compris, une lecture franchement pas emballante mais qui m’a tout de même permis de passer un bon moment. Une lecture tranquille et sans prise de tête, idéale le soir avant d’aller se coucher.

lundi 10 avril 2017

Blood Song T.1 La voix du sang




Titre : La voix du sang
Série : Blood song
Auteur : Anthony Ryan
Date de parution : 2014
Edition : Bragelonne

 



Résumé

Vaelin Al Sorna, héro légendaire du Royaume Unifié, accomplit son dernier voyage. Sur le navire qui l’emmène vers sa condamnation, il raconte à un jeune chroniqueur impérial les évènements qui l’ont conduit à cette tragique conclusion.
Vaelin aurait dû succéder à son père, le célèbre Seigneur de Guerre, mais il était promis à un autre destin. Confronté dès l’enfance au quotidien rude d’un combattant de la Foi, il n’aura désormais pour seule famille que l’Ordre qui l’a recueilli dans ses rangs. C’est là, entre les maîtres sans pitié et les épreuves initiatiques mortelles, qu’il se liera à vie à ses frères d’armes, et à celle qu’il n’a pas le droit d’approcher.
Devenu le fer de lance d’un royaume gouverné par le sang, Vaelin est redouté sur tous les champs de bataille. Mais c’est pourtant son humanité qui fera de lui à la fois un héros et un traitre…



Mon avis

Enfiiiiiin j’ai pu le lire ! Depuis le temps qu’il me faisait de l’œil ! Et franchement, l’attente en valait carrément la peine ! Ce livre est un bijou ! Vraiment ! J’ai juste trop adoré ce livre ! C’est ce genre de roman, vous savez, ceux qu’on prend plaisir à faire durer pour ne pas les voir se terminer ! Et qui une fois finit, vous laisse un goût d’inachevé et qui vous fait trouver toute nouvelle lecture pâle et sans saveur… La Voix du Sang, pour moi, c’est ce genre de livre…

Un peu avant ses 10 ans, Vaelin Al Sorna, fils du Seigneur de Guerre du Royaume Unifié, est abandonné par son père aux portes du Sixième Ordre, une secte de guerriers et d’assassins aux services de la Foi. Pendant près d’une décennie, il apprendra à se battre et à survivre à toutes sortes d’épreuves pour finalement devenir un combattant hors pair. Rapidement, Vaelin va montrer des prédispositions à l’épée, jusqu’à ce faire repérer par le Roi lui-même… Mais on sait bien que les souverains quels qu’ils soient ont toujours des idées derrière la tête et plusieurs cartes en mains…

En dépit de la taille du bouquin (presque 640 pages tout de même !), je ne me suis pas ennuyée une seule fois. Il n’y a pas un passage qui traine en longueur ou à propos duquel je me suis dit « mais quel intérêt ? ». Ab-so-lu-ment au-cun !!
Bien au contraire ! Dès les premières pages, j’ai été absorbée par l’histoire et intriguée par ce héros qui l’est sans l’être vraiment (vous suivez ?). On rentre tout de suite dans l’histoire, sans préambules. On suit le point de vue du Seigneur Verniers qui parle et décrit l’entrée en scène de Vaelin, Beral Shak Ur, le Tueur d’Espoir, le Sombrelame… Autant de sobriquets qui avouons-le, ont titillés ma curiosité. Ces surnoms, nous ne savons pas qui les lui les a donnés, ni dans quelles circonstances (même si on se doute bien que « Tueur d’Espoir » ne lui a pas été attribué après avoir gagné une partie de dés !)
C’est tout au long de sa lecture que le lecteur va comprendre le début de l’histoire (qui sur le coup nous paraît assez incompréhensible). Le Seigneur Verniers s’avère être un chroniqueur royal qui va profiter du voyage et de la compagnie de Vaelin pour l’écouter raconter sa version des faits, les raisons qui l’ont poussées à agir comme il l’a fait.
J’ai trouvé intéressant de suivre les deux points de vue. La forme du texte est sympa et n’est pas sans rappeler « Le nom du vent » de Patrick Rothfuss (dont j’ai lu le premier tome il y a quelques années maintenant). L’interlocuteur de Vaelin va l’écouter raconter son histoire et prendre des notes dans le but de rétablir la vérité sur ce qui s’est vraiment passé tout au long de la vie de Vaelin.

On suit alors l’histoire de Vaelin, depuis son arrivée au sein du Sixième Ordre, son noviciat, les épreuves initiatiques mortelles auxquelles sont soumis les jeunes frères, jusqu’à son ascension au rang d’Epée du Royaume et de guerrier implacable.
J’ai adoré suivre l’évolution du personnage tout au long de l’histoire. Décrié comme un assassin sans pitié, on se rend vite compte que chaque meurtre dont il s’est rendu coupable porte une histoire et des conséquences et des circonstances qui l’ont mené à cette extrémité.
Le lecteur est témoin de ses doutes et de ses états d’âme. Il connait son point de vue et son histoire, ce qui lui permet de s’attacher à lui, qui est, malgré tout, le héros principal. Pour ma part, je suis définitivement fan !

L’histoire est complexe et très bien ficelée. L’auteur mène parfaitement son jeu et entraîne le lecteur dans la direction qu’il le souhaite. Pour ma part, plongée dans l’histoire comme je l’étais, y’a vraiment des coups que je n’ai absolument pas vu venir et je me suis vraiment retrouvée bouche-bée devant ma page à pas en croire mes yeux.
Les personnages et les événements se croisent et se décroisent tout au long du livre, donnant à l’histoire une chronologie pas toujours évidente à suivre. Certains personnages disparaissent pendant plusieurs années pour revenir par la suite, faisant ainsi allusions à des événements survenus par le passé. Mais tellement de choses se sont déroulées entre temps que parfois, c’est pas facile de se resituer au milieu de tous ces événements et de faire le lien entre tous les différents (et nombreux !) personnages que l’on rencontre tout au long du livre.

Pour conclure (et je pense que vous l’aurez compris depuis longtemps !) ce livre est un véritable coup de cœur ! Mais genre vraiment ! Il y a des coups de cœur, et il y a le niveau encore au-dessus ! Celui-ci en fait définitivement partie !

En toute objectivité, je vous invite vivement à découvrir ce livre qui est une pure merveille ! Que ce soit par son récit, son écriture ou ses personnages, ce livre vous ravira !

lundi 3 avril 2017

La Mer Eclatée T.1 La moitié d'un Roi




Titre : La moitié d’un roi
Série : La mer éclatée
Auteur : Joe Abercrombie
Date de parution : 2014
Edition : Bragelonne


Ma note : 






Résumé

« J’ai prêté le serment de venger la mort de mon père. Je suis peut-être la moitié d’un homme, mais ce serment était entier. »

Né faible aux yeux de son père, le prince Yarvi a juré de récupérer un trône dont il n’a pourtant jamais voulu. Mais il doit d’abord affronter la cruauté de sa propre famille, les humiliations de l’esclavage, ainsi que les eaux amères de la Mer Eclatée. Tout cela avec une seule main valide.

C’est au côté d’une étrange assemblée d’exclus et de marginaux, et non parmi les nobles de son rang, que Yarvi apprendra à être un homme – s’il survit aux épreuves de toutes sortes qui l’attendent…


Mon avis

J’ai commencé ce roman, un peu par dépit, le livre que je voulais emprunter à la médiathèque étant déjà sorti. Du coup, je me suis laissée tentée par le résumé d’un livre d’un auteur que je ne connaissais pas. Oui, j’aime découvrir de nouveaux auteurs !

Yarvi, fils cadet d’un roi cruel se destine à devenir ministre, dans l’ombre e son frère, qui lui, est destiné à monter sur le trône. Mais tout ne se passe pas comme prévu, et Yarvi se retrouve malgré lui couronné roi. Mais quelle chance a-t-on lorsque l’on ne possède que la moitié d’une main ? Yarvi ne se faisait pas beaucoup d’illusions, mais il ne s’attendait certainement pas à être trahi par la personne en qui il avait le plus confiance… Survivant à cette trahison, il va connaître la douleur, l’humiliation et la peur, jusqu’à finalement, devenir enfin ce qu’il n’était pas, un homme…

L’auteur a un style d’écriture bien particulier. Yarvi possède un caractère bien à lui et est de nature plutôt taciturne, ce qui influence ses réparties : cinglant, parfois cynique. C’est un jeune homme pessimiste qui n’attend rien de la vie sinon devenir Ministre et ainsi échapper à son père et son frère et leurs railleries.
J’ai beaucoup aimé le voir évoluer tout au long du livre. Yarvi est un jeune garçon lâche et peureux à qui son père inspire une crainte sans nom. Cependant, la vie va lui réserver un destin inattendu et c’est sa nature même qui va s’en retrouver bouleverser. Il va éprouver la souffrance et l’humiliation, des expériences qui vont le faire évoluer et mûrir.
 Une découverte fort intéressante dont je me ferais plaisir de lire la suite à l’occasion.